La peur et moi

bb

Jean Michel Basquiat

Le trente et un octobre se dessinera dans trois jours (ce jour se cache et reviendra dans une année – étant très tortue et n’arrivant pas à écrire un texte fini, obligée de m’y prendre des jours avant, je l’ai laissé filé), dans sa robe de velours enflammée, ses épaules recouvertes de nuances orangées, les enfants défileront de portes en portes, déguisés, les adultes offriront des sucreries pour leur faire plaisir. Halloween se teinte des croyances obscures et nécessaires pour l’esprit, c’est la nuit des morts que l’on accueillait chaleureusement près du feu de cheminée, interdite par l’Eglise et ressurgissant, édulcorée, grâce à notre société consumériste et capitaliste, là pour amasser de l’argent. Cette soirée, je la pénètre de manière symbolique, heureuse de respirer les effluves de citrouille, de potiron, des feuilles de bronze sur les trottoirs, une pluie fine, légère sur le visage. Je pense aux sorcières, aux créatures hors normes que je n’ai jamais fuies, plutôt fascinée par ces êtres étranges, un écho à mon inconscient indiscipliné. J’aurai pu écrire une nouvelle sur Hécate ou Messaline ou encore Lucrèce Borgia, des figures féminines effrayantes par leur beauté, leur féminité. J’aurai pu présenter un artiste, autrice ou illustratrice. J’ai décidé de parler de mes frayeurs, de ces angoisses tapies au fond du cœur, qui battent, frappent le myocarde, gèlent les actes et bloquent les actions, agrandissent les émotions éreintantes.

Je souhaitais profiter de ce jour des morts d’Halloween – passé à présent – pour discuter d’un sentiment bloquant, d’une émotion déchirant les entrailles, paralysant les actes, les sens, la pensée. J’appelle la Peur, je l’exècre mais pourtant, je l’enserre et la garde près de moi. En réalité, j’ai la grande impression qu’elle me permet d’avancer alors qu’elle m’interrompt et me frustre. Etrange émotion que cette frayeur de payer par carte bleue sur internet. Elle m’oppresse – c’est que j’ai acheté un nouveau design pour fêter les un an théoriques de mon blog (officiellement, son anniversaire se déroule en mai). Je sais que mon effroi reflète un iceberg plus profond, noué dans l’abyme de mon chaudron inconscient, véritable amas de glaise, marécage où mes pieds se diluent dans la fange noirâtre de mes états d’âmes. Je refoule certainement des moments traumatisants, une question penchée sur mes lèvres, une quête, tels les chevaliers cherchant désespérément le Graal, l’objet divin et sacré, celui permettant de vivre, de bien vivre, vivre heureux.

Moi, c’est mon identité, l’essence même de mon individualité. Je n’ai aucune confiance, ne me porte pas spécialement d’estime, paradoxalement, je me protège grâce à un égo que certain qualifierait de narcissique. C’est une phobie aussi, de paraître une personne imbue d’elle-même, c’est une angoisse d’écrire quelques fois, quelque chose d’incompréhensible que les gens pourraient spécifier de « branlette » érudite, inaccessible. Je pense trop, me posant beaucoup trop de questions, pleurant incessamment, pour tout, pour rien, pour une miette de gentillesse, un propos humain. J’ai peur. De tout. De ce monde et de son système réducteur par instant, homogène tendant à un idéal perfectif inexistant et n’existant jamais. J’ai peur, j’en tremble.

Peur de déranger.
Peur de décevoir.
Peur
de sembler une victime, de jouer de mon histoire personnelle et d’être qualifiée victime.
Peur de répéter un passé destructeur. Peur d’être attirée par des hommes dominants et maltraitants. Peur de subir une fois de plus ce que les femmes subissent dans leur corps et leur intériorité.

Peur de ne jamais réaliser mes rêves, trop paralysée par des doutes suprêmes (tu n’en es pas capable, ce ne sera jamais toi).

Peut-être découperai-je ces peurs en plusieurs articles, pour les développer et trouver des solutions, pour partager et montrer que rien n’est irréversible, certainement pas cette émotion implacable, dominant les gestes, les mouvements à certains moments que l’on se doit de vivre pour grandir. J’aimerai en faire l’éloge. Elle défie les espoirs, corrompt les joies. Il m’arrive souvent de me stopper dans l’élan du bonheur par un sursaut de frayeur, lucide ou irrationnel, partant toujours d’un point vécu ou déduit. Oui, la peur pétrifie quand on n’a pas connu ce que l’on éprouve (dans un contexte professionnel, familial), que c’est la première expérience. Elle peut surgir de derrière un baobab savamment poussant sur notre planète sale ou propre. Je l’ai longuement arrosé cet effroi, prenant un arrosoir pour la faire germer contre mon grès. Quand une peur disparaissait, une autre alors y formait son nid. Quand la partie visible de l’iceberg s’effaçait, la plus grosse partie s’entrapercevait. Je me souviens, d’ailleurs, des paroles de mon psychologue, vous avez peur de la réussite. Je lui parlais des concours, des possibilités énormes, d’une envergure que je n’aurai pu supporter d’éprouver. Peut-être avait-elle raison, encore aujourd’hui je me répète, tel un mantra, que, ce que je souhaite, je ne le posséderai jamais. Pour concevoir la déception future et me permettre de gérer la frustration.

A la peur, j’ai façonné un mode de protection. Epée sublime, d’or et d’argent, de souvenirs et de racines. J’ai compris que si la peur survient c’est parce que je la somme de se rendre présente, sans m’en rendre compte, elle apparaît, obéissante. C n’est pas cette angoisse paralysante, celle-ci semble plus douce, mais redoutable car s’ancrant dans tous les pores de l’esprit et du sang. C’est cette fillette en robe blanche, paradant dans les près, cueillant le moindre espoir pour le froisser, elle est certes prévenante, elle paraît même attentionnée. Mais elle ravage malgré elle à coup de mots barbares, ceux qui hurlent que tu n’y arriveras jamais. D’amulettes de protection, la peur s’enfuit, s’endort, j’ai paré à toute éventualité. C’est en écrivant sur mon clavier ou mon carnet que je suis à même de m’approprier le monde et mes sentiments.

2 Comments

  1. Ada novembre 13, 2018

    Un sublime article, en plus tu décris Halloween d’une façon vraiment plaisante, ça me fait remettre en question mes préjugés sur ce jour-là. (alors que, de mes 9 à mes 15 ans, je suis sortie à la chasse aux bonbons le 31, paye ta contradiction)
    Et je ne te trouve pas arrogante… Les gens feraient mieux d se regarder dans une glace avant d’avoir des jugements pareils.
    La peur, un bien grand mot que je ne connais que trop bien en ce moment. J’espère qu’elle ne te dévorera pas.

    (on ne peut pas mettre de majuscules dans tes commentaires, ça me rend folle)

    Répondre
    • celestialmusae décembre 1, 2018

      Tous les jours spéciaux tendent à devenir commerciaux (en même temps on vie dans une air capitaliste à fond les ballons), pourtant leurs origines sont autrement plus spéciales et c’est aux origines que je m’accroche. Puis ces jours là se prêtent bien à une inspiration spéciale aussi **. Non, je la tiens éloignée, disons que je réfléchis beaucoup pour qu’elle ne m’atteigne plus et ça marche bien.

      Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.